Skip to main content

Search

Allons faire les fous

Allons faire les fous

Briser le tabou autour de la psychose chez les jeunes adultes. C'est le but de la campagne de sensibilisation « Doe Eens Goed Gek » (Allons faire les fous). Avec un documentaire et deux petits films avec les célèbres flamands Peter Van De Veire et Bill Barberis, la campagne aimerait changer positivement l'image existante des psychoses.

Tous les ans, environ 3,5 % de la population belge combat une sensibilité psychotique. Un premier épisode de psychose se manifeste le plus souvent entre 16 et 35 ans, une étape essentielle où beaucoup de changements se produisent. En plus d'un bon traitement médical, l'implication de la communauté est un pilier essentiel pour le rétablissement. Bram est aux prises avec des psychoses et témoigne : « Ce qui vous manque le plus quand vous êtes en traitement pour une psychose ? Sentir que vous êtes épaulé. »

Briser le tabou

Une psychose s'exprime par un mélange unique de symptômes. Certains ont des sentiments de méfiance et entendent des voix, tandis que d'autres luttent avec des sautes d'humeur, une motivation insuffisante et un manque d'attention. L'image de la psychose est encore souvent négative dans notre société. « Souvent, les gens avec un trouble psychotique sont considérés comme imprévisibles et dangereux. Cela conduit à une image très déformée et des préjugés négatifs », affirme le Dr Kirsten Catthoor, psychiatre attachée à l'hôpital psychiatrique Stuivenberg.

Cette image empêche souvent les jeunes sensibles aux psychoses d'être soutenus par leur entourage social. Ceux-ci prennent souvent leurs distances à cause de l'ignorance, d’une peur injustifiée ou une sensation de mal-être. Maggie De Block, ministre fédéral de la Santé publique et des Affaires sociales, s'engage : « Les enfants et les adolescents doivent pouvoir parler sans tabous des problèmes de santé mentale. Le plus tôt est le mieux, car nous pouvons aider plus rapidement et mieux. »

Fou de Sofie !

À partir d'aujourd'hui, sur Facebook, Twitter et Instagram, la courte série des deux « Fou de Sophie » paraît. Sofie a des rendez-vous avec le présentateur Peter Van De Veire et l'acteur Bill Barberis. Durant ces rendez-vous, les préjugés existants et le stigmate de la psychose sont dans le collimateur. Dans un documentaire, la nécessité d'une meilleure prise de conscience est identifiée et abordée par des experts et des spécialistes expérimentés.

Une maladie comme une autre

La campagne Allons faire les fous parle surtout d'espoir. Brenda sait aussi ce que signifie de vivre une psychose. Elle espère que « les gens verront que la psychose est une maladie comme une autre, une maladie qui peut arriver à tout le monde, une maladie que vous pouvez surmonter et que vous pouvez guérir. Nous ne sommes pas fous. » Peter Van De Veire espère que grâce à la campagne « les jeunes, ou en fait tout un chacun, offriront une oreille attentive à l'écoute de l'histoire de quelqu'un avec une sensibilité psychotique. »

La campagne d'information Allons faire les fous (www.goedgek.com) est une initiative de Janssen en étroite collaboration avec Similes, DENK, Te Gek?!, VDIP, Zorgnet-Icuro, Awel, VLESP et l'Agence Soins et Santé. La campagne s'est déroulée antérieurement au Pays-Bas.