Skip to main content

Search

Global Goals: égalité entre les femmes et les hommes

Mar 08, 2016
Araz Raoof
Araz Raoof
PhD, MBA Scientific Affairs and Analysis

Il y a un rôle important que le secteur privé peut et doit jouer dans le soutien de l'autonomisation et de l’inclusion des femmes dans les postes de direction.

Araz Raoof

En prélude à la Journée internationale de la femme, je rédige ce post de blog à titre de contribution à notre série Objectifs mondiaux. Le fait qu'il existe déjà un objectif en tant que tel consacré à l'égalité entre les femmes et les hommes me remplit d'espoir. Nous savons que sans égalité entre les sexes et sans rôle à part entière pour les femmes dans la société, l'économie et la gouvernance, nous ne serons pas en mesure de réaliser le monde meilleur auquel nous aspirons tous. En tant que femme active dans le domaine du STEM et management, j’ai la chance d’être comparativement privilégiée. J'ai grandi dans une famille de femmes fortes, tenaces et déterminées. Ma tante a été la première femme diplômée en ingénierie en Irak où, dans les années 1930, les femmes participaient activement à la vie professionnelle et où l'enseignement supérieur pour les femmes était très prisé. Aujourd'hui, partout dans le monde, il y a beaucoup de femmes fortes qui guident, dirigent, aident et poussent, mais, trop souvent, celles-ci restent invisibles. Notre avenir a besoin de leur voix et de leur vision. Si nous voulons résoudre les défis mondiaux, nous avons besoin de tous les talents dont nous pouvons disposer, et ne pas tenir compte de la moitié de l'humanité ne peut qu’avoir un coût énorme, y compris sur le plan économique. Sans les voix des femmes, certaines questions extrêmement importantes pourraient même ne jamais être discutées.

En ce qui concerne les femmes dans la science, elles ont bien sûr fourni d’importantes contributions à la recherche et à l'innovation. Pourtant, leur potentiel reste largement sous-exploité. Aujourd'hui, seulement 28 % des chercheurs dans le monde sont des femmes1, et celles-ci restent sous-représentées dans la R&D dans toutes les régions à l'échelle mondiale. En Europe occidentale et en Amérique du Nord, la situation est un peu meilleure, mais là encore, moins d'un chercheur scientifique sur trois est une femme.

Reconnaître les contributions des femmes à la science et leur donner la place qui leur est due sur la scène mondiale serait un moyen concret de favoriser le changement. Le programme L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science a par exemple identifié, financé et donné une visibilité à d’éminentes chercheuses à travers le monde, ce qui constitue certainement une initiative louable méritant d'être imitée et adoptée par d'autres. Le secteur privé peut jouer un rôle crucial dans le soutien et l'autonomisation des femmes, y compris dans les postes de direction. Et les rendre plus visibles dans le domaine des sciences améliorera inévitablement leurs perspectives dans d'autres secteurs.

En tant qu’entreprises et particuliers, nous pouvons permettre aux femmes de participer à titre de leaders et d’innovatrices pour relever les défis mondiaux, et les soutenir dans la réalisation de leurs rêves et aspirations au travail comme dans la vie.

Araz Raoof est actuellement Scientific Affairs and Analysis Lead chez Janssen en Belgique. Avant d’exercer cette fonction, elle était Vice President Global Functional Head of Community of Research Excellence & Advanced Technology (C.R.E.A.Te / Discovery Sciences) chez Janssen Research & Development, également en Belgique. Araz a achevé son doctorat en sciences pharmaceutiques à l'Université catholique de Louvain, en Belgique. Elle est en outre titulaire d'un International Executive MBA de la Michael Smurfit Graduate School of Business, University College Dublin, Irlande. Elle est ancienne Vice President EU Head C.R.E.A.Te et était auparavant Senior Director of Global Preclinical Development, Tibotec, Belgique. Elle a également dirigé In Vivo Pharmacology à l'Elan Corporation, en Irlande. Araz est auteur et inventeur de plus de 70 publications et brevets et membre de nombreux organismes scientifiques.

1Institut de statistique de l’UNESCO