Skip to main content

Search

Les premiers bénévoles reçoivent le vaccin Ebola

Les premiers bénévoles reçoivent le vaccin Ebola

Nous avons urgemment besoin d’un vaccin qui protège à long terme les populations et les professionnels de santé

Peter Piot

M.D., Directeur de la London School of Hygiene & Tropical Medicine

Moins d’un an après l’annonce par Janssen de l’accélération de la recherche et du développement d’un vaccin contre le virus Ebola, les premiers bénévoles reçoivent une dose initiale du vaccin en Afrique de l’Ouest.

Nous commençons les premiers essais cliniques au Sierra Leone, où ont été observés les cas les plus récents d’infection à Ebola. Des chercheurs testent si le vaccin combiné préventif est sûr et renforce suffisamment le système immunitaire. Les volontaires se voient administrer une combinaison de deux composantes du vaccin. La première a été développée par notre société sœur Crucell Holland et la seconde par Bavarian Nordic, notre partenaire danois en biotechnologie.

Dans un premier temps, le vaccin de Janssen sera administré aux bénévoles afin de préparer leur système immunitaire. Deux mois plus tard, ils recevront le composant danois, qui a pour but de stimuler la réaction du système immunitaire et donc d’accroître la durée de protection du vaccin. Cliquez ici pour consulter le communiqué de presse complet.

Une protection à long terme

L’essai clinique s’effectue parallèlement à d’autres essais de phase I et II en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique. Le professeur Peter Piot, directeur de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, collabore également à l’essai. « Nous avons urgemment besoin d’un vaccin qui protège à long terme les populations et les professionnels de santé », indique P. Piot.

Actuellement, il n’existe encore aucun traitement ou vaccin approuvé contre l’Ebola. L’épidémie a débuté en Afrique de l’Ouest en mars 2014. Depuis, 28 457 personnes ont été contaminées, essentiellement en Guinée, au Libéria et au Sierra Leone. Selon les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la maladie a tué 11 312 patients.