Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Skip to main content

Rechercher

Taux de mortalité chez les hommes et cancer de la prostate

Les hommes et les taux de mortalité : Comment un simple rendez-vous pourrait contribuer à vous sauver la vie
 

Dans la comédie de Shakespeare, Comme il vous plaira, l'un des principaux personnages évoque les sept âges de l'homme. Il y décrit une transition abrupte entre l'âge mûr—lorsque l'homme est au sommet de sa vigueur et respecté—et la vieillesse, lorsque l'homme a perdu son influence et qu'il assiste à la détérioration de ses facultés mentales et de son état physique.

Mais, contrairement à l'époque de Shakespeare, nous avons désormais la possibilité d'amorcer une transition solide, positive, entres ces étapes de la vie en adoptant une approche proactive vis-à-vis de notre santé.

Et quel meilleur moment pour les hommes de se remémorer cette résolution que le mois de septembre, qui est le mois de la sensibilisation au cancer de la prostate.

Pourquoi plus d'hommes doivent traiter leur corps comme des voitures
Au niveau mondial, le cancer de la prostate est désormais le deuxième cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes, et le quatrième cancer le plus communément diagnostiqué en général. Il se place au cinquième rang des causes premières de décès consécutifs au cancer chez les hommes dans le monde.

Mais voici une bonne nouvelle : À condition d'être détecté à temps, le cancer de la prostate affiche, tous types de cancers confondus, l'un des meilleurs taux de rémission, avec un taux de survie relative à cinq ans qui frôle les 100 pourcent.

Comme beaucoup de maladies chroniques, telles que les maladies cardiaques et le diabète, le cancer de la prostate peut demeurer silencieux pendant des années avant que des symptômes reconnaissables ne soient détectés. Et au moment où ces symptômes se manifestent, le cancer est déjà à un stade avancé, de sorte que la meilleure chance de survie pour les hommes est que le cancer soit détecté avant de se propager à d'autres parties du corps.

Mais trop nombreux sont les hommes qui tiennent le fait d'être en bonne santé pour acquis. Même en présence de symptômes apparents, nous préférons souvent continuer à faire comme si de rien n'était plutôt que de demander de l'aide ou d'admettre qu'il y a un problème. Nous avons tendance à croire que nous sommes invincibles.

C'est une attitude qui doit changer.

Quel que soit l'endroit où ils vivent dans le monde, les hommes ont une espérance de vie de plusieurs années inférieure à celle des femmes, et les hommes sont plus susceptibles de développer un cancer que les femmes. Les experts médicaux conviennent que le plus grand frein à la détection précoce de maladies telles que le cancer de la prostate est une faible sensibilisation du public, raison pour laquelle des initiatives comme le mois de la sensibilisation au cancer de la prostate peuvent se révéler bénéfiques.

Pas plus tard que le mois dernier, l'American Academy of Family Physicians (Académie américaine des médecins de famille) a annoncé les résultats d'une enquête en ligne sur la santé des hommes qui ont indiqué que presque la moitié des hommes interrogés n'avaient jamais été dépistés ni pour le cancer du côlon, ni pour le cancer de la prostate—et que seuls 52 pourcent avaient effectué un bilan médical au cours de l'année précédente.

Et pourtant, presque la moitié des hommes ayant répondu à l'enquête disent passer au moins une heure par semaine à réparer leur voiture, leur moto ou autre engin motorisé. Après tout, l'un des programmes télévisés les plus regardés au monde est consacré aux voitures.

Personne n'a besoin de nous dire de changer un joint pour protéger le moteur d'une voiture ou de remplacer un ressort pour préserver la suspension. Alors, pourquoi ne sommes-nous pas aussi proactifs et consciencieux avec nos corps ? Pourquoi ne pas embrigader les médecins comme capitaines d'équipes de mécanos pour notre santé ?

Le simple rendez-vous que tous les hommes doivent prendre
Pas besoin de déployer des efforts particuliers pour s'informer sur les dépistages qui sont recommandés à tous les âges de la vie et pour parler aux membres de sa famille afin de connaître les antécédents familiaux de maladies. La prochaine étape consiste à prendre rendez-vous pour un bilan médical annuel.

Parce que parmi les hommes qui développent un cancer de la prostate, ceux qui ont des antécédents familiaux de la maladie développeront le cancer six ou sept and avant ceux sans antécédents familiaux, ces derniers doivent demander à leur médecin d'établir à quel moment il convient de se soumettre à des examens et à un dépistage, car ils sont à haut risque.

Les informations nous mettent en condition d'avoir des discussions éclairantes avec nos médecins qui peuvent intercepter une maladie sous-jacente. Vivre pleinement chaque âge de notre vie, aussi bien sur le plan mental que physique, peut être une aspiration réalisable pour tous les hommes si nous sommes désireux de savoir comment.