Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Skip to main content

Rechercher

Comment de nouvelles recherches étonnantes révèlent les pouvoirs du système immunitaire

Comment de nouvelles recherches étonnantes révèlent les pouvoirs du système immunitaire

Immunology

Immunology

Skin cells 20x magnification
Skin cells at 20x magnification

Votre système immunitaire fait bien plus que combattre les rhumes. Dans le cadre du mois de la sensibilisation nationale aux maladies auto-immunes qui est célébré en mars aux États-Unis, nous avons parlé aux chercheurs qui exploitent ce système de défense vital pour combattre les maladies comme vous ne l'avez probablement jamais imaginé.

Quiconque se souvient encore de ses cours de biologie au collège a probablement quelques notions rudimentaires du système immunitaire. En termes simples, il s'agit du système de défense de votre corps, et il passe à la vitesse supérieure chaque fois que vous touchez, mangez ou respirez des agents pathogènes, à savoir des bactéries, virus ou autres micro-organismes porteurs de maladies qui sont susceptibles de vous rendre malade.

Parfois, il parvient à neutraliser ces microbes avant que vous ne tombiez malade. D'autres fois, il continue à travailler avec acharnement pour détruire les envahisseurs qui vous ont fait attraper un gros rhume, un virus intestinal ou toute autre maladie contagieuse.

Il ne fait aucun doute que se protéger contre les menaces extérieures est absolument crucial. Si votre système immunitaire n'est pas assez fort—ce qui est le cas des personnes atteintes de pathologies comme le SIDA et de celles qui font une chimiothérapie—une affection aussi bénigne qu'un simple rhume peut vous envoyer aux urgences.

Mais il s'avère que s'attaquer aux germes n'est que l'un des nombreux rôles dévolus à votre système immunitaire.

Certaines de ses fonctions supplémentaires sont bien connues des médecins et des personnes atteintes de maladies auto-immunes, tandis que d'autres commencent tout juste à être découvertes par les scientifiques. Nous nous intéressons donc à la façon dont la recherche émergente sur les mécanismes qui se déclenchent lorsque le système immunitaire se dérègle pourrait transformer les soins de santé tels que nous les connaissons—et peut-être même découvrir des indices sur des traitements attendus depuis fort longtemps.

Les anticorps attaquent les antigènes dans cet aperçu du système immunitaire qui travaille avec acharnement.

Le système immunitaire fonctionne (quelque peu) de façon mystérieuse

Alors que vous pouvez visualiser assez facilement certains systèmes de votre organisme—le système circulatoire, par exemple, essentiellement composé du cœur et des vaisseaux sanguins—les éléments de votre système immunitaire peuvent sembler un peu plus difficile à imaginer.

« Vous pouvez penser au système immunitaire comme à une collection de types de cellules et de tissus qui travaillent tous ensemble », déclare Murray McKinnon, Ph.D., Vice President & Head, Immunology Discovery, and Head, Janssen Immunosciences, Janssen Research & Development, LLC. « Ils se répartissent en deux groupes : le système immunitaire inné, qui est essentiellement une équipe de défense de première ligne qui se mobilise très rapidement face aux infections, et le système immunitaire adaptatif qui fabrique les anticorps et les cellules spécialisées ou lymphocytes T conçus pour combattre des agents pathogènes spécifiques. »

Par exemple, lorsque vous êtes vacciné contre la grippe, vous ressentez parfois un gonflement initial au site d'injection, ce qui constitue une réponse innée, puis votre corps fabrique des anticorps qui visent spécifiquement le virus de la grippe, et c'est ce que l'on appelle une réponse adaptative.

Si un système immunitaire affaibli est évidemment problématique, le revers de la médaille l'est aussi, à savoir
un système immunitaire qui deviendrait trop agressif.

Une autre raison pour laquelle le système immunitaire est difficile à imaginer : c'est un vaste réseau de cellules qui s'étend à travers tout votre corps—dans la moelle épinière et les sinus, les ganglions lymphatiques du cou et de l'aine, les amygdales et les végétations adénoïdes, et même dans le tube digestif. « Votre système gastro-intestinal est rempli de microbes, notamment d'agents pathogènes mais aussi de formes de bactéries bénéfiques, » explique M. McKinnon.

Lorsque tout fonctionne comme prévu, les germes pathogènes sont rapidement détruits. C'est pourquoi vous ne tombez pas malade à chaque fois que vous êtes exposé à quelque chose de potentiellement dangereux. Et lorsque vous tombez malade, les dégâts sont limités, comme c'est le cas avec un rhume, qui ne dure habituellement pas des mois. En revanche, lorsque votre système immunitaire est affaibli, un simple rhume peut dégénérer en pneumonie, et une petite coupure peut laisser s'installer une infection susceptible d'engager le pronostic vital.

Gros plan d'une inflammation articulaire provoquée par une polyarthrite rhumatoïde.

Si un système immunitaire affaibli est évidemment problématique, le revers de la médaille l'est aussi, à savoir un système immunitaire qui deviendrait trop agressif.

Dans ce cas, les réponses immunitaires qui devraient s'atténuer finissent par s'installer et par provoquer des dégâts inutiles, explique Sue Dillon, Ph.D., Global Therapeutic Area Head, Immunology, Janssen Research & Development, LLC. C'est ce que l'on appelle une maladie auto-immune, et pour les personnes atteintes de cette pathologie, le système immunitaire a également du mal à identifier le tissu sain normal qui ne devrait pas être attaqué—et l'identifie à tort comme un envahisseur.

Sue Dillon, Ph.D., Global Therapeutic Area Head, Immunology, Janssen Research & Development, LLC.

« Dans la maladie auto-immune qu'est la polyarthrite rhumatoïde (PR), par exemple, le système immunitaire pense qu'il y a un corps étranger dans le tissu articulaire et commence à l'attaquer, ce qui entraîne un gonflement, un échauffement et des réactions inflammatoires qui endommagent l'os, ainsi que le cartilage et les tissus avoisinants », déclare le Dr. Dan Baker, Disease Area Leader, Rheumatoid Arthritis, Janssen Research & Development, LLC.

À l'heure actuelle, la plupart des traitements pour les maladies auto-immunes sont des immunosuppresseurs à large éventail, indique le Dr. Baker. Ceci signifie qu'ils atténuent la réponse immunitaire globale de l'organisme, et que tandis qu'ils peuvent soulager la douleur articulaire liée à la polyarthrite rhumatoïde et empêcher la destruction de l'articulation, ils peuvent par exemple vous rendre aussi plus vulnérable aux infections.

C'est pourquoi les chercheurs de Janssen travaillent sans relâche afin de trouver la prochaine génération de traitements pour les maladies auto-immunes. En d'autres termes, « leur but est de développer des traitements hautement spécifiques qui supprimeraient uniquement la réponse immunitaire anormale, » indique le Dr. Baker.

Affûter l'approche des traitements pour les maladies auto-immunes

Selon Sue Dillon, un domaine phare de la recherche chez Janssen se concentre sur la possibilité d'en apprendre davantage sur les mécanismes uniques impliqués dans plusieurs maladies auto-immunes, ce qui pourrait déboucher sur des options thérapeutiques plus précises.

« Ce que font les traitements commercialisés aujourd'hui, c'est de traiter les symptômes en contrôlant l'inflammation, et non les causes sous-jacentes de ces maladies, aussi de nombreuses personnes atteintes de maladies auto-immunes ne sont pas en rémission, » explique S. Dillon. « C'est réellement ce à quoi nous devons tendre à mesure que nous nous rapprochons de la découverte de traitements. C'est notre vision et notre mission. »

Cette mission consiste en partie à identifier les maladies auto-immunes au stade précoce, avant que la personne ne ressente le moindre symptôme. « L'objectif est de l'intercepter et de traiter les patients avant que la maladie ne progresse, » renchérit le Dr. Baker. « Avec la polyarthrite rhumatoïde, par exemple, les articulations ont du mal à se consolider. Nous voudrions donc prévenir les lésions avant leur survenue. »

Dans ce but, S. Dillon déclare que les chercheurs de Janssen mettent au point des tests qui pourraient mesurer les biomarqueurs dans le sang afin d'aider les médecins à comprendre quels sont les patients qui présentent un risque élevé de développer une maladie auto-immune, ou tout du moins, être en mesure de la détecter au stade précoce. Donc, plutôt que de s'intéresser simplement aux facteurs de risque—comme, par exemple, développer une autre maladie auto-immune—les médecins seront, espérons-le, en mesure de vous dire avec une plus grande certitude quelles sont vos chances de contracter une maladie auto-immune en particulier pour pouvoir commencer le traitement le plus rapidement possible.

Un autre domaine prometteur de la recherche sur le système immunitaire est en lien avec la santé mentale.

Dans le cas de la maladie d'Alzheimer, par exemple, « il semblerait qu'il y ait une forme d'inflammation, ce qui suggère que le système immunitaire pourrait être sollicité pour traiter les plaques dans le cerveau qui, selon nous, sont à l'origine de la maladie, » explique le Dr. Baker.

« Il y a des patients atteints de dépression majeure qui ne répondent pas aux traitements standard actuels. Donc, l'hypothèse est que cette inflammation pourrait être à l'origine
de leur dépression ou en tout cas y contribuer. »

Sue Dillon, Ph.D.

Global Therapeutic Area Head, Immunology, Janssen Research & Development, LLC.

Il y a des patients atteints de dépression majeure qui ne répondent pas aux traitements standard actuels.

Des recherches sont également menées sur la dépression. « De nombreuses données montrent que les cytokines (un groupe de substances chimiques produites par le système immunitaire, notamment l'interféron) sont présentes en nombre plus important chez les personnes qui souffrent de dépression grave, » indique le Dr. Baker. « Nous ignorons pourquoi ces cytokines sont élevées, mais nous menons actuellement une étude pour voir si nous pouvons mieux comprendre l'effet d'un traitement expérimental et son impact potentiel à cet égard. »

« Il y a des patients atteints de dépression majeure qui ne répondent pas aux traitements standard actuels », explique S. Dillon. Et parmi ces patients, il y a un sous-groupe qui présente des niveaux d'inflammation plus élevés que la normale dans le sang, mesurés par un biomarqueur appelé CRP (protéine C-réactive).

Donc, l'hypothèse est que cette inflammation pourrait être à l'origine de leur dépression ou y contribuer, » rappelle S. Dillon. L'anticorps expérimental actuellement à l'étude dans des essais cliniques est conçu pour réduire cette inflammation et pourrait à son tour contribuer à traiter ce trouble de l'humeur.

Cet anticorps expérimental fait actuellement l'objet d'un essai clinique de phase II. S'il est concluant, un tel traitement pourrait bien offrir un espoir aux personnes qui souffrent de dépression « résistante au traitement ».

Pour ceux qui n'ont pas encore trouvé un moyen efficace de traiter leur dépression, cette étude pourrait être porteuse d'un nouvel espoir.

Imaginons un monde dans lequel nous pouvons diagnostiquer une maladie auto-immune avant qu'elle ne frappe

À mesure que les chercheurs se tournent vers l'avenir, ils espèrent que les opportunités d'exploitation du système immunitaire pour traiter un large éventail de maladies ne cesseront de se développer.

« C'est passionnant, car la plupart des gens n'envisagent le système immunitaire que comme un instrument qui combat les maladies contagieuses ou infectieuses, mais il y a tellement de pathologies—l'obésité, les maladies cardiovasculaires, la maladie d'Alzheimer et bien d'autres—pour lesquelles la possibilité qu'il s'agisse de maladies du système immunitaire commence à se dessiner, » déclare le Dr. McKinnon. « Les possibilités d'évolution dans ce domaine sont extraordinaires. »

Par exemple, d'un point de vue purement observationnel, nous explique le Dr. Baker, les cytokines—ces substances chimiques produites par le système immunitaire qui sont, entre autres, présentes en grand nombre chez les personnes souffrant de dépression—semblent affecter la façon dont les cellules adipeuses fonctionnent. Les implications en ce qui concerne les avancées dans la recherche sur l'obésité sont extraordinaires, et ce sont des avancées de ce genre qui rendent le futur de l'immunologie à ce point prometteur.

Et tandis que les dernières décennies ont connu une évolution exceptionnelle sur le plan des traitements pour les personnes souffrant de maladies auto-immunes, il y a encore tant à faire. « Nous peaufinons nos outils de diagnostic, en identifiant les personnes à un stade précoce et en développant de nouvelles stratégies thérapeutiques, » indique S. Dillon.

Toutes ces innovations s'orientent dans une direction qui consiste à combattre la maladie auto-immune avant qu'elle ne se déclare—en d'autres termes, ouvrir la voie à un traitement éventuel.

Regardez cette vidéo pour en savoir davantage sur les recherches menées par Janssen en matière de maladies auto-immunes.

Cet article, rédigé par Barbara Brody, a été publié pour la première fois sur www.jnj.com.