Skip to main content

DARZALEX® (Daratumumab) est homologué pour le traitement du myélome multiple (MM)

DARZALEX® (Daratumumab) est homologué pour le traitement du myélome multiple (MM)

La première immunothérapie active dirigée contre le CD38 offre une nouvelle option thérapeutique aux patients atteints de myélome multiple qui ont épuisé d’autres lignes thérapeutiques approuvées.

Zoug, Suisse-- Janssen-Cilag AG («Janssen») a communiqué aujourd’hui que Swissmedic a homologué DARZALEX® (daratumumab) pour le traitement de patients atteints de myélome multiple qui ont déjà reçu au moins trois lignes de traitement antérieur, incluant >1 inhibiteur du protéasome (IP) et >1 principe actif immunomodulateur (IMiD) ou qui ont été doublement réfractaires à >1 IP et IMiD.1

Le daratumumab est le premier anticorps monoclonal (AcM) dirigé contre le CD38 à être homologué en Suisse. Son effet repose sur la liaison à la glycoprotéine CD38, une molécule de signalisation souvent trouvée à la surface des cellules du myélome multiple, indépendamment du degré de la maladie.2-4 Le daratumumab renforce le système immunitaire du patient dans la lutte contre les cellules cancéreuses et contribue à une mort rapide des cellules tumorales par divers mécanismes à médiation immunitaire et effets immunomodulateurs, outre l’induction directe de la mort cellulaire par apoptose (mort cellulaire programmée).5-9

«Malgré les progrès récents, le myélome multiple reste encore une maladie complexe, incurable, au cours de laquelle une rechute est inévitable chez presque tous les patients. En règle générale, la maladie devient plus agressive et plus difficile à traiter à chaque récidive», a déclaré le professeur Jesús San Miguel, directeur de la Clinical & Translational Medicine, Universidad de Navarra, Espagne. «En sa qualité d’agent unique, le daratumumab a montré des résultats d’efficacité prometteurs et un profil de sécurité contrôlable chez des patients lourdement prétraités, atteints de myélome multiple récidivant et réfractaire. La survie globale de ces patients, dont le pronostic est généralement très mauvais et qui ont de ce fait un besoin urgent de nouvelles voies thérapeutiques, s'est considérablement améliorée.»

L’homologation du daratumumab s'est basée sur les données de l’étude MMY2002 (SIRIUS) de phase II, publiée dans The Lancet ainsi que de l’étude GEN501 de phase I/II, publiée dans The New England Journal of Medicine10,11. Les résultats d’une analyse d’efficacité combinée des études GEN501 et MMY2002 (SIRIUS) ont montré qu’au moment d’un examen de suivi à un intervalle de 14,8 mois en moyenne, la survie globale attendue dans le cadre d’une monothérapie par le daratumumab (16 mg/kg) s’élevait à 20 mois (IC à 95%, 15-non évaluable) chez ces patients lourdement prétraités. Le taux de réponse globale (ORR) dans l’analyse combinée s’est élevé à 31%, et pour 83% des patients, la maladie a pu être détenue ou une amélioration obtenue.12 Le daratumumab a montré un profil de sécurité tolérable et cliniquement contrôlable dans le cadre d’une monothérapie chez des patients lourdement prétraités. 10,11 Parmi les évènements indésirables les plus fréquents (AEs) de l’étude MMY2002 (SIRIUS) de phase II, observés chez plus de 20% des patients, se trouvaient la fatigue, l’anémie, les nausées, la thrombopénie, les douleurs dorsales, la neutropénie et la toux.10 Parmi les événements indésirables les plus fréquents observés dans l’étude GEN501 de phase I/II se trouvaient la fatigue, la rhinite allergique et la pyrexie (fièvre). Toutefois, aucun patient n’a dû interrompre le traitement en raison d’effets indésirables associés au Darzalex. 11

«L’homologation du daratumumab est le fruit d’un travail réalisé sous forte pression, axé sur le patient, dans le but de répondre, par des méthodes scientifiques ultramodernes et une coopération étroite, à un besoin médical non comblé», a déclaré Jane Griffiths, Company Group Chairman, Janssen Europe, Middle East and Africa. «Nous nous réjouissons de l’homologation du daratumumab en Europe et poursuivrons l’étude de son potentiel au sein du continuum thérapeutique pour le myélome multiple et pour d’autres types de tumeurs.»

Janssen jouit des droits mondiaux exclusifs pour le développement, la production et la commercialisation du daratumumab. Janssen a obtenu la licence pour le daratumumab de Genmab A/S en août 2012.

À propos du myélome multiple
Le myélome multiple (MM) est un cancer du sang incurable qui débute dans la moelle osseuse et est caractérisé par une prolifération excessive de cellules plasmatiques.14 Le MM est la deuxième forme la plus courante de cancer du sang, avec environ 39 000 nouveaux cas en Europe en 2012.15 Le MM touche le plus souvent des personnes âgées de plus de 65 ans et est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes.16 Les données les plus récentes concernant la survie à 5 ans pour les années 2000 à 2007 révèlent qu’en Europe, jusqu’à la moitié des patients nouvellement diagnostiqués ne survivent pas 5 ans.17 Presque 29% des patients atteints de MM décèdent dans l'année qui suit le diagnostic.18 Bien que le traitement puisse entraîner une rémission, ces patients feront eux aussi malheureusement très probablement une rechute car il n'y a actuellement pas de guérison possible. Tandis que certains patients atteints de MM ne présentent aucun symptôme, la plupart des patients sont diagnostiqués en raison de symptômes tels que des problèmes osseux, une faible numération globulaire, une élévation du taux de calcium, des problèmes rénaux ou des infections.14 Les patients qui subissent une rechute après les traitements habituels, incluant les inhibiteurs du protéasome (IP) et des principes actifs immunomodulateurs, ont un pronostic défavorable et ne disposent que de peu de possibilités thérapeutiques.19
À propos du daratumumab
Le daratumumab est un agent biologique pionnier dirigé contre le CD38, une protéine de surface fortement exprimée sur les cellules du MM, indépendamment du degré de la maladie.2-4 Le daratumumab entraîne une mort rapide des cellules tumorales par l’induction d’une apoptose (mort cellulaire programmée).6,7 Plusieurs mécanismes à médiation immunitaire sont en outre activés, incluant une cytotoxicité dépendante du complément (CDC), une cytotoxicité à médiation cellulaire dépendante des anticorps (ADCC) et une phagocytose cellulaire dépendante des anticorps (ADCP).5,6,8 Pour le daratumumab, des effets immunomodulateurs contribuant à la mort des cellules tumorales par une diminution des cellules immunosuppressives ont également été démontrés. Il s’agit de cellules T régulatrices, de cellules B régulatrices et de cellules myéloïdes suppressives. Actuellement, cinq études cliniques de phase III sont en cours sur l’utilisation du daratumumab pour traiter des affections récidivantes ou nouvellement diagnostiquées. Des essais supplémentaires ayant pour objet d’examiner le potentiel du principe actif sur d’autres affections malignes ou prémalignes exprimant le CD38, sont déjà en cours ou sont prévues. Vous trouverez davantage d’informations sous www.clinicaltrials.gov.
À propos de MMY2002 (SIRIUS) et de GEN501
Pour ces études, des patients lourdement prétraités, atteints de myélome multiple récidivant ou réfractaire, ont été recrutés après avoir épuisé d’autres options thérapeutiques approuvées et dont la maladie présentait une évolution progressive au moment du recrutement. Les données relatives à la sécurité des études MMY2002 (SIRIUS) et GEN501 ont pu démontrer que le daratumumab (16 mg/kg) disposait d’un profil de sécurité tolérable et cliniquement contrôlable dans le cadre d’une monothérapie.10,11
Parmi les évènements indésirables (AEs) les plus fréquents dans l’étude MMY2002 (SIRIUS) de phase II, survenus chez plus de 20% des patients, se trouvaient la fatigue (40%), l’anémie (33%), les nausées (29%), la thrombopénie (25%), les douleurs dorsales (22%), la neutropénie (23%) et la toux (21%).10 Parmi les évènements indésirables les plus fréquents dans la deuxième partie de l’étude GEN501 de phase I/II se trouvaient la fatigue, la rhinite allergique et la pyrexie (fièvre).11 Parmi les évènements indésirables hématologiques les plus fréquents se trouvait la neutropénie (valeurs des neutrophiles, un type de globules blancs, anormalement basses), présente chez 12% des patients dans la cohorte recevant 16 mg/kg (n=5).11
Sources
1. Swiss Medic Product Information DARZALEX®:http://www.swissmedicinfo.ch/. Consulté pour la dernière fois en janvier 2017.
2. Fedele G, di Girolamo M, Recine U, et al. CD38 ligation in peripheral blood mononuclear cells of myeloma patients induces release of protumorigenic IL-6 and impaired secretion of IFNgamma cytokines and proliferation. Mediat Inflamm. 2013;2013:564687.
3. Lin P, Owens R, Tricot G, et al. Flow cytometric immunophenotypic analysis of 306 cases of multiple myeloma. Am J Clin Pathol. 2004;121:482-8.
4. Santoconito AM, Consoli U, Bagnato S et al. Flow cytometric detection of aneuploid CD38++ plasmacells and CD19+ B-lymphocytes in bone marrow, peripheral blood and PBSC harvest in multiple myeloma patients. Leuk Res. 2004;28:469-77.
5. de Weers M, Tai YT, van der Veer MS, et al. Daratumumab, a novel therapeutic human CD38 monoclonal antibody, induces killing of multiple myeloma and other hematological tumors. J Immunol. 2011;186:1840-8.
6. DARZALEX® Prescribing Information November 2015. Disponible sous: http://www.accessdata.fda.gov/drugsatfda_docs/label/2015/761036Orig1s000lbledt.pdf. Consulté pour la dernière fois en mai 2016.
7. Jansen JH, Bross P, Overdijk MB, et al. Daratumumab, a human CD38 antibody induces apoptosis of myeloma tumor cells via Fc receptor-mediated crosslinking. Blood. 2012;120(21): abstract 2974.
8. Overdijk MB, Verploegen S, Bögels M, et al. Antibody-mediated phagocytosis contributes to the anti-tumor activity of the therapeutic antibody daratumumab in lymphoma and multiple myeloma. MAbs 2015;7(2):311-21.
9. Krejcik J, Casneuf T, Nijhof I, et al. Immunomodulatory effects and adaptive immune response to daratumumab in multiple myeloma. Blood 2015:126(23):abstract 3037.
10. Lonial S, Weiss BM, Usmani SZ, et al. Daratumumab monotherapy in patients with treatment-refractory multiple myeloma (SIRIUS): an open-label, randomised, phase 2 trial. Lancet. 2016;387:1551-60.
11. Lokhorst HM, Plesner T, Laubach JP, et al. Targeting CD38 with daratumumab monotherapy in multiple myeloma. N Engl J Med. 2015;373:1207-19.
12. Usmani S, Ahmadi T, Ng Y, et al. Analyses of real world data on overall survival in multiple myeloma patients with at least 3 prior lines of therapy including a PI and an IMiD, or double refractory to a PI and an IMiD. Blood. 2015:126(23):abstract 4498.
13. European Medicines Agency. Committee for Medicinal Products for Human Use: Summary of opinion. Disponible sous: http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Summary_of_opinion_-_Initial_authorisation/human/004077/WC500203957.pdf. Consulté pour la dernière fois en mai 2016.
14. American Society of Clinical Oncology. Multiple myeloma: overview. Disponible sous: http://www.cancer.net/cancer-types/multiple-myeloma/overview. Consulté pour la dernière fois en mai 2016.
15. GLOBOCAN 2012. Multiple myeloma. Disponible sous: http://globocan.iarc.fr/old/burden.asp?selection_pop=62968&Textp=Europe&selection_cancer=17270&Text-c=Multiple+myeloma&pYear=13&type=0&window=1&submit=%C2%A0Execute. Consulté pour la dernière fois en mai 2016.
16. American Cancer Society. Multiple myeloma: detailed guide. Disponible sous: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003121-pdf.pdf. Consulté pour la dernière fois en mai 2016.
17. De Angelis R, Minicozzi P, Sant M, et al. Survival variations by country and age for lymphoid and myeloid malignancies in Europe 2000-2007: results of EUROCARE-5 population-based study. Eur J Cancer. 2015;51:2254-68.
18. Costa LJ, Gonsalves WI, Kumar SK. Early mortality in multiple myeloma. Leukemia. 2015;29:1616-8.
19. Kumar SK, Lee JH, Lahuerta JJ, et al. Risk of progression and survival in multiple myeloma relapsing after therapy with IMiDs and bortezomib: a multicenter international myeloma working group study. Leukemia. 2012;26:149-57.

Janvier 2017
PHCH/CORP/0117/0001