Skip to main content

Search

Le VIH joue encore

Le vih joue encore

Le sida et le hiv ont été détectés pour la première fois aux Etats-Unis en 1981. D’abord on pensait qu’il s’agissait d’une maladie sexuellement transmissible de la communauté homosexuelle, mais on a vite réalisé que tout le monde pouvait être contaminé par le virus. Simultanément, l’Afrique a été touchée par une épidémie encore plus grande et d’une dénomination différente. Partout, l’épidémie a causé de nombreux décès, et contribué à élever l’anxiété générale dans la société. Parce que le mode de transmission de la maladie était peu connu, les personnes atteintes du VIH ont souvent été exclus [1]. D’importants progrès ont été réalisés au cours de ces dernières années : les taux d’infections du VIH diminuent grâce à une meilleure éducation, et des avancées dans le traitement de la maladie ont été réalisées. Des nouveaux médicaments antiviraux suppriment le virus et empêchent que la maladie atteigne le stade du SIDA. Aujourd’hui, les personnes atteintes du VIH profitant d’un traitement approprié ont une espérance de vie normale. Malgré cette amélioration, 36,9 millions de personnes dans le monde étaient encore infectées par le VIH à la fin de 2017 [2]. La maladie joue donc encore un rôle important en 2018.

 

Le VIH joue encore

Avec la campagne ‘le VIH joue encore’, nous voulons attirer l’attention d’une façon positive sur VIH en vue de la 30ème Journée mondiale du sida qui aura lieu le 1er décembre. Bien que beaucoup de choses aient changé depuis les années 80 - à la découverte du VIH – la maladie joue encore un rôle important dans la vie de beaucoup de personnes. Les années 80 ont vu l’apparition de beaucoup de gadgets iconiques qui restent reconnaissable encore aujourd’hui. Qu’en est-il de la maladie à fort impact avec qui nous avons fait connaissance au cours de la même décennie ? Grâce aux gadgets iconiques des années 80, nous mettons le VIH au centre de l'attention. Nous évoquons la complexité de l’élaboration de nouveaux traitements, nos partenariats, et les stigmates qui existent encore. Nous aiderez-vous à diffuser notre histoire sur les réseaux sociaux ? Parce que le VIH joue encore.

 

La solution est un puzzle

La recherche dans le domaine du VIH est un puzzle complexe. Malgré de grands progrès dans la recherche et le traitement du virus, la maladie reste incurable. Nos chercheurs s’engagent donc chaque jour afin de trouver les meilleurs traitements ainsi que la manière d'éliminer definitivement le virus. Ils coopérent également avec des partenaires pour trouver un vaccin préventif contre le VIH. Ensemble, nous pouvons résoudre ce puzzle complexe. Notre collègue Hanneke Schuitemaker coopère par exemple étroitement avec la fondation Bill & Melinda Gates afin d’élaborer un vaccin préventif capable de prévenir de nouvelles infections. Ceci constituerait une avancée fondamentale vers l’arrêt de l’épidémie de VIH. 

 

Écouter avec attention

Le sida peut seulement être vaincu si toutes les parties intéressées s’écoutent et coopérent. Nous cooperons donc avec différentes organisations afin de rendre disponible les médicaments contre le VIH dans les pays en développement. Nous écoutons aussi les patients : ils nous aident à développer de nouveaux traitements. Ils sont les mieux placés pour décrire l’impact qu’a le VIH sur la vie. Notre collègue Emilie Carpentier maintient un lien étroit avec des médecins qui traitent des personnes atteintes du VIH. Cela est essentiel pour comprendre clairement où sont les attentes. Un des défi est par exemple le vieillissement des personnes atteintes du VIH. Maintenant que les patients ont une espérance de vie normale, ils doivent aussi faire face aux maladies liées au vieillissement. Comment répondre à ce défi? Nous écoutons les patients et incorporons leurs contributions dans nos recherches.

 

Faire des erreurs pour avancer

Bien que le VIH soit évoqué de plus en plus librement, la stigmatisation et le tabou persistent. Le manque de connaissance nourrit encore les préjugés sur les causes de la contamination, le mode de vie, et la sexualité. Bien que de grands progrès aient été réalisés – en pratiquant des tests et en réalisant parfois des erreurs – depuis les années 80, les personnes atteintes du VIH sont encore souvent confrontées à l’exclusion. Ensemble, nous voulons stimuler le progrès et briser le tabou. Notre collègue Inge Cnudde assiste quotidiennement aux préjugés qui touchent les personnes atteintes du VIH. On avance donc par essais et erreurs. Par example, il est important d’insister et de répéter qu’une personne n’est plus contagieux si le virus n’a pas été détecté pendant 6 mois.

 

#VIHJoueEncore

Aide-nous à promouvoir notre campagne. C’est très simple. Partage une photo de toi-même avec un gadget des années 80 sur les réseaux sociaux et utilise l’hashtag #VIHJoueEncore. Alors fouille dans ta cave et ton grenier, plonge dans ta vieille armoire, parce que c’est seulement ensemble que nous pouvons gagner cette lutte.

 

Rejoins nous sur Twitter, Facebook et LinkedIn.