Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Skip to main content
 

Rechercher

Janssen Oncology renforce son dispositif sur l'interception des maladies grâce au système exclusif d'administration de TARIS

Janssen Oncology renforce son dispositif sur l'interception des maladies grâce au système exclusif d'administration de TARIS
Aug 14, 2020

Un petit dispositif en forme de bretzel conçu en tant qu'approche novatrice dans le traitement du cancer de la vessie a attiré en 2019 l'attention du pôle Janssen Oncology sur TARIS Biomedical et a abouti au rachat de la société de biotechnologie à capitaux privés par Janssen. Ce rachat renforce l'expertise et l'engagement de Janssen vis-à-vis du cancer de la vessie et contribue ultérieurement à différencier son portefeuille grâce à l'application de la technologie innovante de TARIS.

Le système TARIS est une plateforme au stade clinique de pointe conçue pour évaluer les nouveaux traitements administrés localement aux patients atteints d'un cancer de la vessie, voire d'autres formes de cancer. Il s'agit d'un dispositif d'administration à base de silicone qui permet la libération continue du médicament directement dans les tumeurs de la vessie.

Cette technologie vise à relever certains des défis inhérents au cancer de la vessie qui a connu peu d'avancées thérapeutiques au cours des dernières décennies. « Bien qu'elle permette un accès direct aux tumeurs, la vessie est remarquablement efficace lorsqu'il s'agit d'éliminer des corps étrangers, ce qui entraîne des difficultés importantes pour l'administration d'agents thérapeutiques dans la vessie », déclare Dennis Giesing, Ph.D., Directeur principal, TARIS Research, qui a joué un rôle de premier plan dans la conception du système. « Des études précoces ont montré que grâce à sa forme en nœud, le dispositif est particulièrement bien adapté pour éviter le déclenchement d'une réaction à des corps étrangers, tout en continuant d'administrer des doses de traitement efficaces et de prévenir les toxicités systémiques. »

Les effets secondaires sont un problème sérieux dans le traitement des patients atteints d'un cancer de la vessie. « Les patients sont généralement plus âgés, plus fragiles et présentent un nombre de comorbidités plus important » explique le Dr. Chris Cutie, MBA, Responsable des affaires médicales mondiales, TARIS. « Les traitements traditionnels peuvent inclure la chimiothérapie et la radiothérapie, ainsi que l'ablation chirurgicale de la vessie. De nombreux patients sont inadaptés pour ces procédures ou choisissent de ne pas y avoir recours. Le système TARIS pourra nous permettre d'administrer des produits de chimiothérapie et des traitements ciblés dans la vessie à des concentrations relativement élevées, avec plus d'efficacité que si les médicaments étaient administrés par voie orale ou perfusés. »

Dr. Chris Cutie
Global Medical Head, TARIS
Dennis Giesing, Ph.D.
Senior Director, TARIS Research

Par ailleurs, le cancer de la vessie se caractérise par un niveau élevé de mutations génétiques, aboutissant à de nombreuses formes de cancer de la vessie qui se manifestent parfois chez un même patient. « Nous estimons que le système TARIS peut offrir une chance unique d'administrer des associations thérapeutiques selon une approche personnalisée visant à traiter plusieurs formes de tumeur simultanément », explique D. Giesing.

La technologie TARIS est le fruit de recherches menées au Koch Institute for Integrative Cancer Research du MIT ; la société a été créée en 2008. TARIS a permis d'accomplir de grands progrès dans la compréhension de la biologie de la vessie et la concrétisation d'une vision destinée à éliminer le cancer de la vessie. « Nous avions l'espoir que l'administration fiable de puissantes doses de traitements pendant des semaines et des mois nous permettrait d'intercepter la maladie et de l'éradiquer à un stade précoce, lorsqu'elle est localisée à la muqueuse qui tapisse la vessie », déclare C. Cutie.

Pour ce faire, TARIS devait passer au développement complet du programme. Lors d'une rencontre fortuite au cours d'une conférence médicale, TARIS a trouvé un partenaire chez Janssen.

« La portée et l'ampleur de la vision de Janssen coïncide avec ce que nous nous efforçons accomplir », renchérit C. Cutie. TARIS a également été impressionné par le professionnalisme et l'engagement de Janssen vis-à-vis des patients atteints d'un cancer de la vessie, ses capacités de développement à un stade tardif et de fabrication, ainsi que par la solidité de ses compétences dans le domaine de l'oncologie.

Le solide portefeuille de traitements ciblés de Janssen Oncology ouvre de nombreuses possibilités. « Être en mesure d'administrer des traitements ciblés pour le traitement sélectif des patients grâce à un traitement local, tout en limitant éventuellement la toxicité en dehors de la région cible, pourrait marquer un tournant décisif dans la manière dont nous traitons les patients », indique C. Cutie.

En outre, les associations thérapeutiques pourraient permettre d'attaquer la tumeur dans deux directions, à l'intérieur de la vessie et de manière systémique. « À titre d'exemple, nous associons cette technologie à un inhibiteur du PD-1 afin de vérifier si nous pouvons améliorer les effets antitumoraux des deux dans le but d'améliorer significativement les modalités de traitement de ces cancers », explique C. Glesing. Janssen s'intéresse à l'utilisation de cette technologie pour d'autres formes de cancer, y compris des cancers au-delà de la vessie.

« La possibilité d'améliorer la qualité de vie des patients est une perspective enthousiasmante », renchérit C. Cutie. « Nous estimons que la technologie TARIS pourrait impulser un changement significatif dans le traitement du cancer de la vessie et d'autres maladies. »

Oncology

Oncology

Human lung bronchioalveolar carcinoma cell