Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Skip to main content
 

Rechercher

Utiliser l'art pour remettre en question la stigmatisation liée à la maladie mentale

Utiliser l'art pour remettre en question la stigmatisation liée à la maladie mentale 
Dec 07, 2018

Janssen est fier d'exposer des œuvres d'art créées par des personnes souffrant des pathologies et maladies qu'elle s'efforce de traiter et de prévenir. N'hésitez pas à visiter notre galerie d'art pour en savoir plus sur les artistes et pour voir d'autres œuvres.

Michelle Hammer se décrit comme « une New-Yorkaise schizophrène qui tente de changer la façon dont New York perçoit la santé mentale. »

Pour mener à bien cette mission, Michelle s'inspire de sa passion pour le dessin — créer une œuvre artistique tout en militant pour mettre fin à la stigmatisation associée à la maladie mentale.

 

« J'ai suivi des cours d'art dans ma jeunesse et j'ai passé un test d'orientation professionnelle quand j'étais en sixième qui disait que je devrais être designer graphique, » dit Michelle. « Je me suis toujours passionnée pour l'art. »

Sa conception de la création d'un art complexe qui est devenu sa signature débute assez simplement, avec un carnet de croquis et des feutres magiques. Après avoir terminé un dessin original, elle le prend en photo, le télécharge sur son ordinateur et le complète digitalement en y ajoutant plusieurs couches. Chaque œuvre se transforme en un rappel visuel de ce qui lui traversait l'esprit au moment de sa création.

« Avec le recul, je me souviens du moment où j'ai créé certaines de mes œuvres à cause des détails, » dit Michelle. « Mais une grande partie de mon anxiété est là. Les détails étaient plus nombreux quand j'étais vraiment anxieuse. »

Et, alors que Michelle a reconnu très tôt qu'elle nourrissait une passion pour l'art, elle n'a pas toujours eu clairement conscience qu'elle souffrait d'une maladie. Adolescente, Michelle avait beaucoup de mal à faire confiance aux gens qui l'entouraient, y compris à sa famille. Après s'être diplômée au lycée et s'être inscrite à l'université, les mêmes sentiments de paranoïa, cette fois-ci à propos de sa colocataire, ont refait surface. C'est à ce moment-là que Michelle a réalisé qu'elle avait besoin de l'aide d'un professionnel. Il a fallu quelques années avant de trouver un médecin qui pose le bon diagnostic. Et c'est alors que les nuages se sont dissipés.

« Recevoir un diagnostic de schizophrénie a été la meilleure chose qui me soit jamais arrivée, » dit-elle, « parce que cela voulait dire que j'allais pouvoir obtenir un traitement adéquat. »

 

Intégrer la création artistique dans la mode pour sensibiliser

En mai 2015, à l'âge de 27 ans, elle a conjugué ses talents artistiques et son expérience personnelle pour lancer  Schizophrenic.NYC, une ligne de vêtements ayant pour mission de réduire la stigmatisation en nouant le dialogue sur la santé mentale.

« Mon travail artistique et mon militantisme vont de pair. Mon but est simplement d'ouvrir le dialogue. Mettons fin à la stigmatisation. Faisons-le, tout simplement. »

Michelle Hammer
 

Outre ses créations graphiques colorées qui reposent sur le concept des taches d'encre du test de Rorschach, Michelle y ajoute des slogans de motivation tels que « Ce n'est pas une illusion, vous êtes formidable » et « Ne soyez pas paranoïaque, vous êtes splendide. » Michelle vend ses créations et sa ligne de vêtements sur son site Web et dans des boutiques éphémères à New-York.

Avoir un impact en prolongeant le dialogue

Au cours des deux dernières années, elle a également exposé ses œuvres à la Fountain House Gallery qui accompagne les artistes de New York City vivant et travaillant avec la maladie mentale — en utilisant leur travail artistique pour remettre en cause la stigmatisation.

« Nous sommes tellement heureux que Michelle soit parmi nous en raison de sa personnalité pleine d'enthousiasme, » explique Ariel Willmott, directeur de la Fountain House Gallery. « Nous avons eu l'occasion d'exposer nombre de ses œuvres ici depuis qu'elle a commencé sa collaboration avec la galerie. »

Travailler avec la Fountain House Gallery et donner à son tour à la communauté en sensibilisant à la maladie mentale est une démarche importante pour Michelle. Son but est d'encourager les personnes à parler de la santé mentale et de réaliser qu'il n'y a pas de honte attachée à la maladie mentale, quelle qu'elle soit.

« À New York, un New-Yorkais sur cinq souffre d'un problème de santé mentale, mais personne n'en parle en raison de la stigmatisation », raconte Michelle. « C'est ce que je fais. Simplement nouer le dialogue. »

Pour prolonger le dialogue, Michelle a également participé à HealtheVoices™, une conférence révolutionnaire sur le leadership instaurée par Janssen et qui vise à fournir du contenu valable, un dialogue qui suscite la réflexion et des opportunités de tisser des liens pour les associations de patients en ligne qui utilisent les plateformes sociales afin de militer pour elles-mêmes et pour leur communauté.

Chirurgical

Silence

« HealtheVoices™ a été une formidable opportunité », indique-t-elle, remarquant qu'elle a participé à la conférence au cours des deux dernières années. « Cela m'a donné un tel regain de confiance. »

Un avenir radieux

Il n'y a pas si longtemps, Michelle ne savait pas ce que l'avenir lui réservait. Aujourd'hui, c'est une femme d'affaires new-yorkaise sûre d'elle, accomplie, qui a transformé son diagnostic de schizophrénie en une opportunité de réduire la stigmatisation et d'améliorer la vie de celles et ceux qui vivent également avec la maladie mentale.

« Je suis moi. Je suis Michelle. Je suis schizophrène. Je suis brune. Je vis dans le Queens. Tout cela fait partie de moi », déclare-t-elle. « Mon travail artistique et mon militantisme vont de pair. Mon but est simplement d'ouvrir le dialogue. Mettons fin à la stigmatisation. Faisons-le, tout simplement. »

 

Visionnez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus sur Michelle, ses créations et son militantisme.

 

Vous pouvez retrouvez Michelle Hammer sur Instagram (Schizophrenic.NYC), Twitter (@SchizophrenicNY) et Facebook (Schizophrenic NYC), ainsi que sur son site Web(Schizophrenic.NYC).

 

 

*Les avis exprimés par Michelle Hammer sur son site Web et les chaînes des médias sociaux représentent ses opinions propres et ne sont pas cautionnés par Janssen..