Skip to main content

Search

Le Mois Mondial du Cancer du Sang

Le Mois Mondial du Cancer du Sang

Au cours du "Mois de la sensibilisation au cancer du sang", nous mettons en évidence le myélome multiple et la leucémie lymphoïde chronique et montrons comment Janssen s'est engagé à rendre ces maladies traitables voire curables à l'avenir. Nous accordons une attention particulière aux critères du CRAB, quatre symptômes caractéristiques auxquels les patients atteints de myélome multiple sont souvent confrontés.

Diagnostic du cancer du sang
En Belgique, de nombreux nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année. Le cancer du sang prend une part importante dans ce contexte. En 2017, 9% des 67 000 diagnostics concernaient un cancer du sang1,2. Il existe plusieurs variantes du cancer du sang, dont on distingue trois types principaux : Les leucémies, les lymphomes et le myélome3.

La principale raison pour laquelle les personnes atteintes d'un cancer du sang se rendent chez leur médecin est qu'elles présentent des symptômes tels qu'une sensibilité accrue aux infections et à la fatigue. Cela résulte souvent d'une perturbation de la numération sanguine. Le cancer du sang apparaît lorsque les cellules cancéreuses commencent à se multiplier de manière incontrôlée. Elles y empêchent la production de cellules saines. Les cellules cancéreuses perturbent l'équilibre entre les cellules sanguines. 

Leucémie lymphoïde chronique

La leucémie lymphoïde chronique, ou LLC en abrégé, est une forme de lymphome. La leucémie fait référence à une série de maladies qui affectent le système sanguin. Dans la LLC, les ganglions lymphatiques sont également touchés, d'où le nom de lymphome.

Dans la LLC, les lymphocytes B, un certain type de globules blancs, se développent de manière incontrôlée. Cela augmente le nombre de lymphocytes B malins et le nombre total de globules blancs. Avec le temps, les lymphocytes B malins s'accumulent dans les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse, et prolifèrent dans le sang. Il arrive qu’un ganglion lymphatique grossisse et soit alors ressenti comme une masse indolore, par exemple dans le cou ou dans l'aine. Lorsque les lymphocytes B malins s'accumulent dans la moelle osseuse, il peut y avoir moins de place pour la production d'autres globules rouges et blancs sains ainsi que de plaquettes. Un manque de globules rouges provoque l'anémie et peut souvent être identifié par une fatigue croissante et anormale. Un manque de plaquettes provoque des troubles de la coagulation. Ces troubles se manifestent par des saignements de nez spontanés, des ecchymoses et des hématomes qui se développent plus rapidement que la normale. Un manque de globules blancs réduit le fonctionnement du système immunitaire, ce qui vous rend plus vulnérable aux infections4. Les patients peuvent présenter des sueurs nocturnes, une perte de poids et de la fatigue. La LLC est la forme de leucémie la plus courante et est diagnostiquée chaque année à hauteur de 4 cas pour 100 000 personnes5. La maladie est deux fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, l'âge moyen du diagnostic se situant entre 67 et 72 ans6. Elle est très rare chez les personnes de moins de 30 ans6.

Le traitement du point de vue du patient

La LLC passe souvent inaperçue pendant longtemps car la maladie ne provoque pas de symptômes ou seulement des symptômes peu identifiables dans les premiers stades. Les symptômes résultant d'une numération sanguine perturbée sont souvent la première raison de consultation chez un médecin. En général, des analyses sanguines supplémentaires sont nécessaires pour trouver la cause des symptômes. Et souvent, on ne pense pas immédiatement à la LLC. Si des valeurs anormales sont constatées lors de l'analyse sanguine, le médecin généraliste peut décider d'adresser le patient à un hématologue pour une analyse sanguine supplémentaire. Sur la base de ce test sanguin supplémentaire, le spécialiste peut alors établir le diagnostic de la LLC. La LLC peut se développer lentement et le médecin peut conseiller d'attendre et d’effectuer des contrôles régulièrement pour voir comment le cancer évolue. C'est ce que l'on appelle le "watch & wait" ou "wait and see". Chez un tiers des patients atteints de LLC, la maladie évolue si lentement qu'ils n'ont jamais besoin de traitement. Toutefois, si la maladie continue à se développer, il est nécessaire d’initier un traitement. Un plan de traitement est alors établi en consultation avec le patient. Les patients sont souvent soutenus par des infirmières spécialisées pendant leur traitement. Elles leur donnent des informations sur le traitement qu'ils reçoivent, et elles les guident et les soutiennent également pendant ce traitement. Ce faisant, elles prêtent attention aux aspects physiques, mais aussi aux aspects émotionnels et sociaux que la maladie ou le traitement peut entraîner. La famille, les amis et les associations de patients, telles que Action Lymphome Wallonie-Bruxelles, peuvent également jouer un rôle important à cet égard.

Victoires contre le Cancer
Depuis 1988, Janssen mène des recherches sur différents types de cancer, dont le cancer du sang. L'objectif ultime est de faire du cancer du sang une maladie traitable, voire curable. Le patient est toujours au centre. Nous restons déterminés à œuvrer pour un avenir dans lequel les conversations entre médecins et patients porteront principalement sur la manière dont vous pouvez vivre avec ou après le cancer. De sorte qu'en fin de compte, les mots "vous avez un cancer du sang" soient moins angoissants qu'ils ne le sont actuellement. D'ici là, nous travaillons dur pour remporter des victoires sur le cancer, petites ou grandes. Nous ne remportons pas ces victoires sur le cancer seuls, mais en collaboration avec des chercheurs, des spécialistes et des organisations de patients engagés dans le domaine du cancer. 

Partagez votre histoire
Pendant tout le mois de septembre, nous mettrons en avant le cancer du sang et les victoires quotidiennes grâce aux médias sociaux. Mais nous sommes également curieux de connaître votre histoire. Voulez-vous nous parler ? Partagez votre histoire !

Twitter  | LinkedIn Facebook